dimanche 16 octobre 2016

Gwénaouël Houet et candidature pour la dépoutation dans le sud Manche


J'y vais, j'y vais pas? A la dépoutation pardi!
Un troisième mandat de dépouté ne serait pas pour me déplaire. 
C'est un bon job, pas fatiguant et bien payé.
Mieux que de bosser à l'usine ou dans les champs.

La logique voudrait que je reparte, mais moi et la logique cela fait deux.
Je suis actuellement président de la communauté de communes Avranches Mont-Saint-Michel. Et cette dernière au 1er janvier 2017 va fusionner avec d'autres du soud Manche pour former une communauté d'agglomération dénommée Mont-Saint-Michel Normandie.
Et je ne sais pas pourquoi, mégalomanie peut-être, je me vois bien être à la tête de cette future structure. 

Le truc qui coince, c'est que si je suis élu président de cette communauté d'agglomération, je devrais faire le choix entre cette présidence et mon mandat de dépouté si je suis ré-élu en juin 2017, conséquence d'une loi organique scélérate sur le non cumul des mandats. 
D'accord, cela fait beaucoup de si.

Mais pour répondre à la question s'il y a un imbécile que me la pose, je répondrais naturellement : «on verra cela en temps utile!!!»


Malgré la récente polémique (cf. tweet polémique raciste), je ne vois pas comment mon mouvement ne me ré-investirait pas pour les législatives de 2017.
Pour la forme, j'ai adressé ma candidature.
Faute de temps, j'ai demandé à Tonio, surnom gentil de mon assistant parlementaire, de me la rédiger.
Elle est écrite à la première personne comme souhaitée.
Du bon boulot avec très peu de correction de ma part.
La voilà : 


Gwenaouel Houet,   
Permanence parlementaire     
50300 Avranches


Les Républicains
238 rue de Vaugirard
75015 Paris


Avranches, le 16 octobre 2016



« Populisme, clientélisme, opportunisme et cyclisme »


Cher parti Les Répoublicains, 

Par la présente, je me porte candidat à la dépoutation de la deuxième circonscription de la Manche. Elu depuis deux mandats, je considère que je suis le seul breton né à Locmariaquer, parachuté par mon prédécesseur (que j’ai ensuite trahi politiquement), capable de me faire passer pour « un gars du cru » qui dénonce les parachutés de Paris, les bobos socialistes, les politiques politiciennes et la duplicité de certaines populations (ça c’est pour faire du pied à l’extrême-droite).
Depouis quasiment 10 ans, je n’ai absolument rien (mais vraiment rien !) obtenu pour ma circonscription, pas-même rédigé une seule loi ayant un impact sur l’emploi ou la santé des Français. Disons qu’avec moi, il ne se passera rien. C’est pour cette raison que vous devez m’investir. Certes, je vais beaucoup promettre. Des barrages qui luttent contre les inondations et qui ne coûtent rien, un départ du tour de France depuis la Boulouze, et…Euh, en fait je n’ai rien d’autre à promettre. Ah si peut-être l’enterrement des lignes THT, la déviation Est de l’A84, une centrale nucléaire au Teilleul, une marina de luxe à Granville et le TGV à Avranches. Je vais surtout être contre l’Etat obèse, les technocrates et la gauche bobo. Je vais bien sûr être contre l’infâme Françouas Houllande qui n’a rien fait et pour Alain Jouppé qui va sauver la France. Alléluia. Je vais aussi défendre la religion du vélo contre tous les intégristes. Je vais dire que la France est en guerre parce que je suis un homme d’Etat et que la peur me procure des voix. Je vais faire croire aux électeurs et aux élus du Soud-Manche que je vais devenir ministre. Comme ça je serai respecté.
J’ai soutenu tout le monde, Sarkouzy, Coupé, Maritoun, Jouppé. Demain, qui sait, peut-être que je me soutiendrai moi-même. J’ai le sens de la famille. Je divise. Je divise les élus locaux pour éviter la concurrence : Bizout, Boudiou, Bouas, Tréhouet, Nicoulas, tous ces « faux-cul » comme je les ai appelés. J’adore diviser le Soud-Manche. On perd plein de sous mais pas grave, ça fait des polémiques dans la presse. Pendant les prochains mois, vous allez me voir sur facebouk, twouitter et dans la presse locale. Je vais couper des rubans, trouver beaucoup d’associations formidables, défendre les agriculteurs, la veuve et l’orphelin. Enfin, seulement pendant six mois, histoire de poster des photos avec trois lignes de commentaires. Mon bilan ? Je n’en ai pas. Je vais dire que j’ai lutté contre l’arasement des barrages, que je soutiens Jouppé, que je suis un as du sport et puis surtout, je vais être contre tout : Houllande, la mise sous cloche de la baie, la fermeture des hôpitaux, le mariage gay, la technocratie… Arrgh j’enrage contre ces technocrates ! Je vais lutter pour le rétablissement du cumul des mandats. Je dois rester un baron breton en terre normande. Je ne ferai rien pour développer le Mont-Saint-Michel (la culture c’est important mais ça fait mal à la tête) ou pour défendre l’agriculture mais je poserai en photo ou ferai des discours au bon moment. Et puis, regardez attentivement, je vais toujours me placer sur les photos pour être dans le journal. C’est un métier, ne vous moquez pas ! C’est ça la politique. C’est comme ça qu’on trouve des solutions pour le pays. 
Je vais utiliser la communication du parti en copiant-collant des programmes rédigés par des professionnels pour berner les électeurs. Je vais déposer des amendements démagogiques à l’Assemblée Nationale mais je ne les soutiendrai pas. Je serai absent au moment de les défendre auprès de mes collègues. C’est comme ça la France. Le général le disait, les Français sont des veaux. 
Cher parti, accorde moi l’investiture pour la deuxième circonscription de la Manche. Je veux continuer à être payé plus de 5148€ nets par mois. Je veux continuer à saupoudrer ma réserve parlementaire pour draguer les élus et les associations. Je veux continuer à cumuler sans fin. Comme lors des municipales d’Avranches en 2014, c’est sûr, sauf à « expliquer ce qui n’est pas explicable », les électeurs du Soud-Manche vont m’apporter leur confiance. Je ne vais quand même pas écrire ici que je les ai perdues. 
Sinon, n’ayant jamais véritablement travaillé de ma vie, étant complètement coupé de la réalité de mes concitoyens à qui je promets des emplois ou des logements, je risque de me retrouver le 19 juin 2017 à envoyer mon cv pour devenir caissier au shopi de Locmariaquer. Soyez sympas les  amis !!
Vous trouverez ci-joint mon curriculum vitae. N’oubliez pas, je suis juriste. Je sais parler latin pour faire savant. 
Je vous prie d’agréer cher parti les Répoublicains, l’expression de ma profonde sincérité et de ma très sincère duplicité. 



Gwenaouel Houet, votre dépouté du Soud-Manche

lundi 3 octobre 2016

législatives 2017 - Thomas Collardeau à l'assaut de mon mandat de député du sud Manche

Bordel, mais qu'est ce qu'ils ont tous à vouloir prendre ma place?
Il faut que je leur rappelle les règles du jeu et la jurisprudence "Jozeau" (Marigné).
Cette jurisprudence dispose qu'un élu du soud Manche conserve ses mandats électifs tant qu'il n'en a pas décidé autrement.

C'est ce que m'on a expliqué à l'époque que j'étais assistant parlementaire de René André, enfin si j'ai tout bien tout compris.

Déjà que je n'ai pas digéré de perdre ma mairie d'Avranches aux dernières élections municipales en mars 2014.
J'étais dépouté-maire sortant et je me fais virer comme un malpropre par David Nicolas, un ancien employé de la ville et candidat pour la première fois à une élection.
La droite fait une razzia aux municipales et moi UMP/Les Républicains je perds ma ville face à bleu en politique. C'est un peu la honte, non?

J'ai compris la leçon.
Pour les législatives des 11 et 18 juin 2017, je vais blinder ma campagne. A droite toute. 
Pour satisfaire l'électorat bien réac du soud Manche, je vais mettre l'accent sur la sécurité qui est comme chacun sait la première des libertés, sur l'invasion des réfugiés musulmans à Avranches source de délinquance et risque de terrorisme, ... et naturellement sur le maintien des barrages sur la Sélune.

Depuis quelques mois, je suis par monts et par vaux à rencontrer les élus et le bon peuple.
Je leur dis ce qu'ils veulent entendre, comme cela ils sont contents. Et moi aussi.
Tout se passait bien quand j'ai eu écho avant l'été qu'un granvillais, catalogué divers droite, tâtait le terrain pour se présenter aux législatives l'année prochaine.
J'ai pas attendu longtemps pour savoir qui était ce type à vouloir prendre mon mandat de dépouté.
Il s'agit de Thomas Collardeau, un obscur avocat de Granville (photo du gars à droite).
Pour reprendre une expression de Brigitte Hayère, mon ancienne adjointe à la ville, devenue culte (l'expression, non Brigitte) : « il y en a qui n'ont pas grand chose à faire! » (lire  la vidéo ici).
Pour être sincère, ça a quoisiment gâché mes vacances estivales à Locmariaquer, d'où je suis originaire.
Là dans le Morbihan, j'ai prié et allumé régulièrement des cierges à l'église Notre-Dame pour qu'il abandonne cette sinistre idée.
Car je sens le danger avec ce Collardeau : il pourrait bien me faire perdre les législatives.

A la rentrée le gars a déclaré qu'il y allait. Courant septembre, il a organisé un point-presse à Avranches annonçant officiellement sa candidature. Zut, crotte!
J'ai lu ses propos dans la presse locale et sur le blog avranches (dés)informations - que je déconseille de visiter.
«La politique ne doit pas être un métier» qu'il dit. Il parle de moi naturellement.
Mais il faut bien vivre! Elu national c'est un bon job. Tu touches le pactole, tu voyages à l'oeil au frais du contribuable, tu perçois à la retraite une pension royale à faire mourir les retraités agricoles qui perçoivent le minimum vieillesse, ... et tu bénéficies d'au minimum de 130.000€ de réserve parlementaire pour arroser les associations et les communes des copains. Pas belle la vie?
Et puis si je n'ai plus de mandat qu'est-ce que je vais devenir? Retourner au ministère de l'agriculture d'où je viens? Y a-t-il encore de la place après tous les postes supprimés par la loi que j'ai votée sous Sarkozy?

«J'aime le territoire, j'aime les gens, blablabla» rajoute l'avocaillon.
Moi aussi que j'aime le soud Manche. Je me suis même fait floquer cet été un super T-shirt collector «I  Soud Manche » sur un stand lors d'un fest-noz près de Carnac.
Et moi aussi j'aime les gens. Enfin presque tous. Tous ceux qui ont les mêmes idées que moi et ne me contredisent pas. Les autres je les détestent. C'est comme cela.
Avec moi, il n'y a pas deux poids et deux mesures, les gens sont avec moi ou contre moi. C'est clair ou il faut faire un dessin?

Toujours l'autre, il dit qu'il faut aider l'agriculture en crise, qu'il connaît bien le milieu rural car ses beaux parents sont paysans.
Moi aussi je connais bien les cul-terreux, j'ai dû les supporter à tout bout'champ depuis que je suis dépouté. 
Jamais contents à vrai dire.
C'est vrai que la politique productiviste et néolibérale menée par la droite et la FNSEA conduit le monde agricole à sa perte.
D'accord j'ai voté des lois dans ce sens, à l'exemple de la loi de modernisation de l'économie (LME) en 2009 (lire ici). Mais qui ne fait pas d'erreur?

Je n'ai jamais rien fait de bon pour les paysans, mis à part causer et promettre. «Les promesses n'engagent que ceux qui y croient» n'est-ce pas?
Le problème est qu'ils finissent par comprendre. Car ils ont beau ne pas avoir un doctorat en droit comme moi, ils sont pas tous cons.
Ainsi, ils ne m'aiment pas trop et ils me le rendent bien. A l'exemple des nombreux tags ou la pendaison d'une bête crevée à ma permanence parlementaire à Avranches opérée par la Coordination rurale il y a quelques mois (lire ici).

Je le dis à tous ceux que je rencontre, ce Collardeau il m'agace à venir empiéter sur mes plates bandes un an avant les élections, en plus accompagné et soutenu par des élus du territoire (cf. extrait Ouest-France 27-09-2016 en bas du billet).
Il ne pouvait pas attendre l'année prochaine comme comme les autres pour se déclarer candidat et faire campagne?
Je vais devoir surveiller de près ce challenger, il a l'air d'avoir les dents longues à rayer le parquet.

En attendant il faut que je peaufine ma candidature pour mon investiture, même si cela ne sera qu'une formalité puisque je suis le dépouté sortant.
J'ai donné carte blanche à Tonio, mon assistant parlementaire pour me rédiger cela.
Ca va l'occuper et puis moi j'ai d'autres chats à fouetter. 
Car en plus d'être dépouté, je suis président de la communauté de communes Avranches Mont-Saint-Michel qui va être absorbée au 1er janvier 2017 dans une nouvelle intercommunalité taille XXL, puisque le territoire va recouvrir tout le soud Manche à l'exception de Granville et Villedieu.

Je me tâte pour me présenter à la présidence de cette nouvelle structure dénommée Mont-Saint-Michel Normandie, sachant que si je suis élu je devrais abandonner fin mars 2017 l'un des deux mandats dépouté ou président de l'intercommunalité en raison de la loi sur la limitation des cumuls des mandats.

Vous me croyez capable de me porter candidat pour cette présidence pour - au cas où je serais élu - céder le fauteuil 3 mois plus tard. A votre avis?

A très bientôt sur le blog mes ami(e)s et n'hésitez pas à me suivre sur facebookgoogle+ et twitter ou à me laisser vos commentaires sous ce billet.


votre fidèle Gwénaouel


Ouest-France, mardi 27 septembre 2016
Législatives : des candidats sortent du bois (extrait)


samedi 6 août 2016

moi Gwénouael Houet, porte-parole d'Alain Juppé pour la primaire présidentielle à droite

«J'ai eu chaud au cul», comme on dit.
J'ai bien cru que le ramdam provoqué par mon tweet au relent raciste m'aurait blacklisté de la team d'Alain Juppé (lire ).
Il n'en ai quoisement rien. J'ai été nommé porte-parole pour le département de la Manche dans le cadre de la primaire présidentielle à droite.

Pourtant certaines réactions à mon tweet n'étaient pas tendre. Notamment de la part de proches du mouvement «Alain Juppé pour la France» auquel j'appartiens:
Je pense au comité de soutien «MontpelliersavecJuppé» :

ou à l'obscur Lionel Jacquemin :


Faut croire que l'équipe de campagne d'Alain Juppé n'avait pas trop le choix dans leur choix!
Je suis le seul parlementaire membre du comité de soutien d'Alain Juppé dans le département de la Manche.
Mes autres collègues parlementaires Les Républicains du département soutenant d'autres candidats. Le sénateur "parachuté" Philippe Bas roulant derrière François Fillon, le sénateur "bouffeur d'OGM" Jean Bizet derrière Nicolas Sarkozy et le dépouté Philippe Gosselin collant à la roue d'Hervé Mariton.

J'imagine que l'équipe d'Alain Juppé allumera des cierges tous les jours à la cathédrale Saint-André à Bordeaux pour que je ne créée pas de nouvelles polémiques qui pourrait nuire à la campagne.
Comme l'écrit F3 Normandie sur son site internet : «Dans l'exercice de sa fonction de communiquant, l'ancien maire d'Avranches va devoir faire preuve d'un peu plus de mesure et prudence que ces dernières semaines, notamment sur les réseaux sociaux» (lire ici)

Je ferais pour le mieux, mais moi aussi je suis en campagne. Les élections législatives sont en 2017.
Et je ne veux pas me ramasser en perdant mon mandat de dépouté du soud Manche l'année prochaine, après avoir perdu celui de maire d'Avranches en 2014, et finir à Pôle Emploi fin juin 2017.
Pas envie de revivre la honte de 2014.

C'est pourquoi ma campagne sera en phase avec l'électorat de la circonscription, c'est-à-dire bien réac!
«La France aux français, la sécurité "qui est la première des libertés"»  seront quelques thèmes de ma campagne avec naturellement la défense des barrages sur la Sélune.
D'où mon tweet à connotation raciste pour donner un signal positif aux électeurs à droite de la droite.

Je ne vais pas changer pour les beaux yeux d'Alain Juppé. Comme toujours, mon intérêt personnel prime sur l'intérêt général lié à la campagne de la primaire.
Faudra quand même que je fasse gaffe. Si "Juju" emporte la primaire et la présidentielle, j'espère un retour sur investissement, à savoir un maroquin, un poste ministériel ou de secrétaire d'Etat ou au pire de sous-secrétaire d'Etat en charge du sport. C'est bien le minimum.
Vous croyez que j'en ai la compétence? Non. Et alors?

J'ai bien fait de choisir Alain Juppé pour la primaire. C'est celui qui a le plus de chance de l'emporter et donc à m'ouvrir des opportunités.
Dans mon communiqué de presse que j'ai distribué à la presse locale, j'écris que je « suis proche d'Alain Jouppé et depuis longtemps engagé à ses cotés». Bullshits! (c'est un des seuls mots anglo-saxons que je connaisse avec parking et camping). Je le soutiens officiellement que depuis peu un plus d'un an.

En effet, j'ai longtemps hésité qui soutenir. Cherchant la personnalité le plus à même à m'ouvrir des horizons ou dégager des perspectives.
Depuis 2012, je suis quoisiment à un soutien politique différent par an. A l'UMP, naturellement.
Jusqu'en 2012 derrière Nicolas Sarkozy, en 2013 Jean-François Coupé, en 2014 Hervé Mariton et en juin 2015 je me positionne derrière Juju.
Dans l'avenir, ça pourrait encore changer selon les résultats de la primaire et de la présidentielle.
Opportuniste? oui, je l'assume.

Je vais devoir vous laisser. Je dois brieffer Tonio pour que le comité de soutien de la Manche dispose d'un blog et sur les réseaux sociaux de comptes facebook, twitter et instagram.
Ca l'empêchera de perdre son temps sur l'application Pokemon Go!!!

A très bientôt sur le blog mes ami(e)s et n'hésitez pas à me suivre sur facebook, google+ et twitter.
votre fidèle Gwénaouel.

photo : source la Manche Libre

samedi 9 juillet 2016

mon tweet borderline et les élections législatives de 2017 en vidéo parodie d'Hitler : le come-back de Gwénaouel Houet

«T'es sûr que cette vidéo, c'est une bonne idée?» je demande à Tonio.
Tonio vous le connaissez, c'est le surnom gentil d'Antoine Delaunay mon assistant parlementaire (lire ici) et depuis l'année dernière conseiller départemental du canton d'Avranches.
Il est le fils de Bruno mon ancien adjoint aux finances quand j'étais maire d'Avranches et toujours prêt à me rendre service à l'instar d'André Bazin et Brigitte Hayère autres proches adjoints, comme par exemple à me fournir une attestation de complaisance lors du procès contre le blog avranches (dés)infos lors de l'affaire de la caméra interdite en conseil municipal (lire ici).

Tonio, je l'ai formé et placé en politique, il me doit tout. Pas de crainte qu'il me double pour prendre ma place. Pas comme moi avec mon mentor René André. Ca, c'est une autre histoire que je vous raconterais une autre fois.

Pour revenir à la vidéo, Tonio me dit que ce serait bien d'en réaliser une pour accompagner la réactivation de mon blog.
C'est vrai que gwenaouel-houet.blogspot.fr était en mode pause depuis plus de 2 ans. Le dernier post remontait en décembre 2013.

Entre la ligne THT Cotentin-Maine, les barrages sur la Sélune, les élections municipales, l'élargissement de la communauté de communes, mes activités de maire (avant que je ne sois viré en mars 2014), de dépouté (pas au Palais Bourbon, je n'y suis pas très souvent) et de président de communauté de communes d'Avranches puis d'Avranches Mont-Saint-Michel, je ne sais plus où donner de la tête.
Les journées ne font que malheureusement 24 heures et laissent peu de temps pour écrire.
Dommage, il y aurait tant de choses à dire.
D'autant que le blog avait un certain succès avec, en seulement 40 posts, quoisiment 107.000 pages vues depuis sa création en février 2012.

Je n'étais pas convaincu par le pitch de la vidéo expliqué par mon assistant parlementaire.
Il mettait en avant deux idées principales : mon tweet borderline sur le rassemblement musulman à Mantes-la-Jolie mi-juin dernier et les prochaines élections législatives de 2017.
Sur un ton décalé, genre sixième degré qu'il dit. Il s'agit d'une parodie d'une scène culte du film «la Chute» avec Adolf Hitler en personnage central.
«T'es certain que cette vidéo ne va pas me nuire à mon image?»
«Au contraire, l'auto-dérision de la vidéo va casser ton image de psycho-rigide, tu vas paraître plus sympathique et gagner en empathie. J'ai vu cela dans la rubrique santé de Télématin sur France 2 il y a quelques semaines.» me convainc Tonio.

Pour les ermites qui n'ont pas suivi l'affaire du tweet. Il est le suivant :
Il a fait du bruit ce tweet. Je ne vous invite pas à consulter le blog avranches (dés)informations qui a écrit un (malheureusement excellent) article sur cette polémique (ne pas cliquer ici merci).

Une dernière chose avant de regarder la vidéo, j'ai demandé à Tonio de suivre la fréquentation de mes comptes sur les réseaux sociaux et de l'améliorer.
Au jour d'aujourd'hui, je compte 291 amis sur facebook et 175 abonnés sur twitter.
Je lui ai fixé l'objectif de 500 amis sur Facebook, 300 sur twitter pour la fin du mois de juillet.
En cas de réussite, je lui paierais ses vacances au Cap d'Adge.
Alors soyez sympa avec lui, suivez moi.

A très bientôt sur le blog pour de nouveaux posts
Votre dévoué Gwénaouel

la vidéo :


dimanche 15 décembre 2013

déchets ménagers et vidéoprotection à Avranches : no problemo!

Quelles réunions, mes amis!
Les deux que j'ai présidées et animées ces deux dernières semaines.
L'une concernait un conseil de communauté de communes à Avranches samedi 7 décembre et l'autre un conseil municipal aussi à Avranches lundi dernier.
Elles m'ont exténué. Mais quelle rigolade a posteriori.

Comme vous le savez, je suis le président de l'intercom et maire d'Avranches. Je suis également député de la circonscription. Je suis comme on dit un «cumulard». Mais j'assume.
Et vous vous imaginez bien tout le mal que je pense de la loi qui va interdire en 2017 le cumul des fonctions publiques, adoptée à l'Assemblée Nationale le 20 novembre dernier. 
Pour une fois, j'avais fait le déplacement au Palais Bourbon pour voter contre ce stupide projet de loi.

Vous comprenez que n'ayant pas le don d'ubiquité je ne peux être présent à la fois à l'Assemblée Nationale, en mairie ou au siège de la communauté de communes.
Je suis ainsi un élu exerçant ses mandats à temps partiel mais payé à temps plein. Beau métier que celui de «politicard cumulard», n'est-ce pas?
Les gens du sud Manche peuvent me critiquer, je m'en fiche, ils voteront d'une manière ou d'une autre pour moi. 
Le territoire est de droite. Quoique je fasse ou que je dise en bien ou en mal, ils voteront pour moi qui suis de droite. C'est ce que l'on appelle l'instinct grégaire.

Les cons mais quel bonheur! Ma longévité politique est assurée.
Au pire je fais venir une étape ou un passage du Tour de France à Avranches tous les 2/3 ans, c'est quelques points de plus dans les sondages ... 
Comme les jeux du cirque sous l'Empire romain, les courses de vélo plaisent au bon peuple qui vous le rend bien.


Pourtant, je leur ai fait avalé des couleuvres ces derniers années. Que ce soit sur la THT ou les barrages sur la Sélune. Et plus c'est gros plus cela marche.
Et je ne parle pas des déchets ou de la vidéosurveillance, houps pardon la vidéoprotection (c'est politiquement plus acceptable) à Avranches.
Deux dossiers abordés lors des deux réunions sus-mentionnées.

Vous savez en mars prochain, même si je ne l'ai pas officiellement annoncé, je me représenterai pour la troisième fois aux municipales à Avranches. 
Mon élection devrait être une formalité même si une liste concurrente dénommée «Avranches avranchin 2014 2020» pourrait me faire un peu d'ombre au soleil.
Je ne suis pas trop inquiet. 
Maire à deux reprises et député de surcroît je dispose, comme on dit, de la «prime au sortant». 
Et puis j'ai un bilan. Contrasté il est vrai. Qu'il va falloir redoré.
Qu'il concerne le Scriptorial, mon musée des manuscrits du Mont-Saint-Michel, qui peine (c'est un euphémisme) à trouver son public et dont je refuse à communiquer le budget recettes/dépenses et son déficit. 
Ou la vidéoprotection. Ce sujet interpelle les avranchinais. 
Le système actuellement en cours d'installation comprendra 9 caméras. Pour un coût modique (je plaisante) de 105.000€ HT. C'est le cadeau de Noël que j'offre à mes administrés. 
Ils peuvent me remercier. Ils vont pouvoir dormir tranquille.

Entre-nous (mais vous le répéterez pas) la vidéoprotection a Avranches est une connerie sans nom et difficilement justifiable. Pourtant le projet est passé comme une lettre à la Poste.
Petit retour en arrière à l'époque ou Sarko était président. Un programme de triplement du nombre de caméras de vidéoprotection en France était engagé par l'Etat. Naturellement les maires encartés au PMU ont été vivement sollicités à contribuer à l'atteinte de l'objectif. 
Le problème est comment vendre le projet aux avranchinais. Avranches n'est pas réputée pour être une ville où la délinquance sévit. Bien au contraire. 
En juin 2011 un officier de la Gendarmerie déclarait, avec des statistiques de baisse de la délinquance à l'appui, «Avranches est une ville tranquille», formule reprise en gros titre par les canards locaux.
L'imbécile, sa déclaration allait à l'encontre de mon argumentaire pour justifier le projet.
J'étais à l'époque en train de travailler en catimini sur le dossier. Il a fallu triturer les chiffres, trouver les bonnes périodes, pour montrer que le nombre d'actes délictueux augmentait en ville, que l'insécurité est un fait et que la vidéoprotection est une des solutions pour y remédier.
Et quand le projet a été présenté en septembre 2011 en conseil municipal, mes conseillers municipaux, à ma botte, l'ont adopté sans poser trop de question. Qu'ils en soient remerciés.
Les mouvements de gauche et associations m'ont reproché sur une question qui intéresse les libertés publiques de ne pas avoir organisé un débat public. Et pourquoi pas un référendum tant qu'on y est? 
Je suis le maire et je fais ce que veut. Que cela plaise ou pas.
Heureusement deux ans plus tard deux agressions sont intervenues dans le quartier Saint-Gervais.
Justifiant a posteriori mon argumentaire.
Et là j'y vais de ma rhétorique et élément de langage que je martèle à qui veut l'entendre, repris notamment dans Ouest France 04/10/2013) et redis lors du dernier conseil municipal : «la pire des choses, c'est la politique de l'autruche qui consisterait à nier qu'il n'y a pas eu depuis 10 ans d'augmentation des actes de délinquance».
Personne n'ira vérifier si c'est vrai. Et puis si c'est faux je dirais 20 ans, 30 ans, ... au pire depuis la naissance de Jésus Christ!
Heureusement persone ne m'a interrogé pourquoi aucune caméra n'était prévu dans le quartier Saint-Gervais, haut lieu de la délinquance. 
Je compte sur votre intelligence pour ne pas me le demander.
Pour votre information, les 9 caméras seront disposées aux endroits suivants: un sur le balcon de la mairie, quatre rue de la Constitution, deux dans les environs de la place Carnot et deux autour de la place Patton.  

Le sujet qui m'inquiète le plus pour les municipales est le dossier des déchets ménagers sur le canton d'Avranches. Même si ce dossier est de la compétence de la communauté de communes, il impacte la vie quotidienne des habitants de la ville.
Et là, tout le monde y va de sa critique, même les élus c'est pour dire.
D'accord le système de collecte et tri des déchets surtout en apport volontaire n'est pas parfait et génère des contraintes et nuisances pour les administrés. 
Les gens râlent parce qu'ils doivent prendre la voiture pour déposer leur ordure dans les conteneurs et qu'ils se salissent les mains, que les anciens ou les personnes à mobilité réduite ne peuvent se déplacer au point de collecte en raison de leur âge ou de leur handicap. 
Une autre menace de faire la grève de la faim à cause des ruissellements et odeurs dans sa maison venant des conteneurs situés à proximité.
Que le système d'ouverture des conteneurs ne marche pas ou qu'ils sont plein obligeant les personnes à faire des kilomètres en voiture pour trouver un autre lieu. 
Et je ne parle pas de l'association subversive le Trop plein qui cristallise la contestation. La polémique qu'elle entretient sur ce dossier n'est que «politique politicienne» - expression que j'utilise quoisiment systématiquement quand on me critique ou cherche à me nuire. Du grand classique quand on fait de la politique.
Il parait que cette association va prochainement organiser une réunion publique pour mener une action, d'après un de mes informateurs. 
Pour reprendre l'expression d'une (proche) élue lors d'un conseil municipal «il y en a qui n'ont pas grand chose à faire».

Concernant les déchets, je dis que la monde ne s'est pas fait en un seul jour et que le système s'améliore.
Mais à l'allure des changements, je ne peux garantir qu'en 2020 tous les problèmes soient résolus.
En attendant je compte sur le civisme des gens. Il est intolérable qu'ils déposent leurs sacs de déchets en vrac au pied des conteneurs. 
Il faut se déplacer dans le quartier Mermoz à Avranches. on se croirait à Naples et dans le sud de l'Italie vu l'amoncellement des sacs de déchets. Quelle image pour la ville!
De même les administrés doivent mieux trier leurs déchets. La mauvaise qualité du tri coûte chère à la collectivité. 
Et je n'hésiterai pas à publier sur le site internet de la ville, comme je m'y suis engagé il y a quelques mois, les noms de ceux qui ne respectent pas le système mis en place et les consignes de tri. 

Mais à quelques mois des municipales, je ne peux me permettre de dire que le système fonctionne mal. Il faut adopter la méthode coué et dire que tout va bien ou presque. Il faut toujours avoir une posture positive. Je l'ai appris cela en formation des élus et cadres du parti.

C'est ce que j'ai déclaré lors du dernier conseil de communauté de communes d'Avranches de l'année et de son existence (au 1er janvier 2014 l'intercom sera intégré dans la superstructure communautaire «Avranches le Mont-Saint-Michel» - on y reviendra). 
Et excellemment repris dans la presse locale. Un journal titre : «Nouveau tri sélectif : un premier bilan positif» reprenant mes propos sur les 79 points de collecte installés sur le territoire, seuls 10 posent problème.
Ainsi tout va pour le lieux dans le meilleur des mondes ... n'est-ce pas?
J'en ris encore.

Sur ce, je dois conclure, il y a à la télévision «On continue à l'appeler Trinita», un film avec Terrence Hill et Bud Spencer, deux acteurs que j'adore avec Christian Clavier.
J'allais oublier, naturellement je compte sur vos suffrages aux élections de mars prochain. 

votre bien dévoué Gwénaouel.


guénhael huet député maire Avranches

vendredi 9 août 2013

Le Tour de France 2013, Avranches, Thierry Olive et Noël Jamet : inoubliable!!!

Enfin je suis en vacances et je vais pouvoir m'occuper de mon blog officiel, délaissé depuis des mois.
Que voulez-vous, les journées ne font que 24 heures et avec tous les mandats que j'occupe à temps partiel (mairie, communauté de communes et assemblée nationale) mais payés quoisiment à temps plein je ne sais plus où donner de la tête.
On voit le résultat sur le terrain avec tous les dossiers qui prennent du retard (vidéoprotection ou vidéosurveillance à Avranches, terrain de camping à Vains, ...) ou géré de manière chaotique (déchets ménagers, ....)
Alors vous comprenez le blog ne fait pas partie de mes priorités. Malheureusement.
Pourtant il y aurait tant de choses à dire de mon activité politique. Mais chaque chose en son temps.

L'article du jour sera consacré au Tour de France qui a fait étape à Avranches mercredi 10 juillet 2013, il y a presque un mois jour pour jour.
Un moment historique pour la ville.
Les avranchinais(es) ne sont pas prêts d'oublier le contre-la-montre individuel entre Avranches et le Mont-Saint-Michel.
Le spectacle a duré toute la journée, il était gratuit, il faisait beau et la ville a été le temps d'une journée mondialement connue dans le sud Manche.


Comme vous savez le cyclisme, comme aurait dit le regretté journaliste et chroniqueur du tiercé Léon Zitrone, c'est mon "Dada".
Quand à l'âge bête, je me suis rendu compte que je ne serai jamais un champion de vélo à l'image de Richard Virenque ou de Lance Armstrong, j'ai changé de braquet et me suis dit «Gwenaouel tu vas faire de la politique» ... mais à l'ancienne.
Celle qui a fait de tout temps ses preuves, à savoir un mix de populisme, d'opportunisme et de clientélisme ... avec un zeste de cyclisme. Cette politique porte un nom : le Houetisme.

Car je n'ai jamais oublié les courses de vélo surtout depuis que je suis entré en politique.
Ce que vous donnez au cyclisme, il vous le rend au centuple.
Le sud Manche, comme j'aime à le rebâcher à tout bout de champ, est une «terre de cyclisme».
On ne compte plus les courses de vélo le dimanche même dans les villages les plus reculés du mortainais, c'est pour dire.
Alors quand on me voit, le dépouté de la circo, sur la ligne de départ ou sur le podium à l'arrivée ça fait le gars qui s'intéresse.
Et ça, ça plaît aux gens de la campagne et des bourgs.
Et quand il y a des élections, c'est tout bénéf! 
Eh oui dans le sud Manche les gens votent plus sur ma présence à ces manifestations sportives et mes idées bien réacs, que sur mon absentéisme chronique à l'Assemblée Nationale, mes tergiversations sur les dossiers locaux perdus (THT, barrages sur la Sélune, ...) (lire ce blog).
Les cons! mais je vais pas m'en plaindre.

Comme vous le savez en mars 2014, il y aura les élections municipales. Je remettrais mon mandat de maire en jeu.
Mais vous me connaissez, je vais faire durer un peu le suspens. «Irais-je», «n'irais-je pas» ma décision n'est pas encore prise.
Il y a la future loi sur le cumul des mandat en cours de discussion au Parlement qui ne s'appliquera pas avant 2017, blabla, ...
Il faut être crétin pour croire que je ne serais pas sur ma liste.

Donc avec les élections qui se profilent dans quelques mois et vue ma côte d'amour qui plonge comme celle de l'argus pour mon ancienne Laguna, il fallait réagir.
Le dossier des déchets sur Avranches et sur le territoire de la communauté de communes dont je suis président passe mal auprès du grand public et fait l'objet de nombreuses polémiques.
«Politique politicienne» je clame haut et fort dès qu'on ose me critiquer. Du grand classique quand on est en responsabilité.

Quoi de mieux pour calmer les esprits et redorer son blason que de faire venir le mythique Tour de France à l'occasion de son centième anniversaire, même si avec toutes les affaires de dopage passées et à venir, on ne saura jamais si le classement final sera définitif ...
Mais qu'importe la manifestation est populaire, et cadre bien avec ma devise qui a fait ses preuves, je le rappelle pour ceux qui auraient oublié : «populisme, opportunisme et cyclisme».

Pour obtenir une étape à Avranches du Tour de France, j'ai du faire du lobbying comme pas possible.
Les avranchinais doivent savoir que j'ai le bras long pour les affaires majeures intéressant le cyclisme ou la pétanque.
Mais un peu court pour des questions mineures concernant la ligne THT ou les barrages sur la Sélune, ...
On ne peut être bon et avoir ses entrées partout!

L'étape Tour de France à Avranches acquis, il a fallu expliquer aux avranchinais la chance d'accueillir d'une telle épreuve pour la ville, ses habitants et commerçants et naturellement minimiser les inconvénients.
Pour cela j'ai un argumentaire communiqué par je ne sais plus par qui (je crois par ASO, la société organisatrice de l'évènement).
La ville va être mise en lumière par 560 médias dont 100 chaînes de TV à travers la planète, regardée par des centaines de millions de téléspectateurs.
Cette médiatisation va faire venir du monde dans la ville le jour de l'épreuve et après.
J'ai annoncé que près de 30.000 spectateurs devraient converger à Avranches la journée du 10 juillet, comme j'ai prédit en son temps une fréquentation annuelle de 50.000 visiteurs (j'en ris encore) pour le Scriptorial, le musée des manuscrits du Mont-Saint-Michel. Il en reçoit péniblement 30.000 ...

Il faut se rendre à l'évidence que mes chiffres, comme d'habitude, étaient gonflés.
La rue de la Constitution était par endroit clairsemée notamment en remontant vers la place Patton.
Et puis autant de spectateurs en ville (soit plus de 4 fois la population de la cité) auraient eu des incidences au niveau de la consommation dans les bars et restaurants.
Cela n'a pas semblé être le cas d'après les tauliers. «C'était un jour à peine plus fort qu'un mercredi normal» disent-ils.
Ils ne sont jamais contents comme les autres commerçants qui ont baissé le rideau et perdu un jour de chiffre d'affaires.

En fin bonimenteur, je leur ai déclaré que les retombées vont se faire dans les jours et semaines à venir.
Entre-nous si le Tour de France générait des effets commerciaux ça se saurait.
Croyez vous que les téléspectateurs une fois le Tour de France terminée vont visiter les villes «étapes».
Il faut être un peu naïf pour le croire.
Promettre des retombées touristiques c'est du pipeau, mais ça marche à tous les coups.

En tout cas j'ai mis les moyens pour que la fête soit belle.
Les employés municipaux depuis des semaines ont été sur la brèche.
Ne me demandez pas combien cela a coûté à la ville et donc aux contribuables, je ne vous répondrais pas.
Le montant serait «indécent», pour reprendre une expression de la marionnette Nicolas Sarkozy aux Guignols de l'info sur Canal+.

Je vais encore devoir supporter les remarques déplacées de certains, style :
«vous ne comptez pas la dépense et l'utilisation de personnel de la ville pour le Tour de France mais vous refusez de mettre à disposition quelques agents de la ville pour monter un chapiteau pour une manifestation caritative (le Téléthon) obligeant cette dernière à trouver une autre ville d'accueil».
Je réponds : chacun sa priorité et puis je suis le maire je fais ce que je veux.

Encore que.
Aujourd'hui, chacun peut admirer sur la façade de l'Hôtel de Ville les deux panneaux géants représentant chacun un maillot jaune avec la mention «Avranches aime le Tour» style «I love New-York» avec le petit coeur de couleur verte.
C'est beau, non?
A l'origine je souhaitais le projet suivant :

Cette simulation convaincante a été réalisée par une société de communication.
Elle n'a pas eu le succès escompté auprès de mes proches.
Mes fidèles adjoints Brigitte, André dit Dédé et Bruno, toujours prêts à me signer des attestations de complaisance, ne l'ont pas apprécié. Mais pas du tout.
«Gwenaouel t'aurais pas les chevilles qui enflent?», «tu ne serais pas devenu mégalo?», «t'as fumé de la beuh?» ou «t'as mal aux cheveux» plaisantent-ils, poursuivant «d'accord le Tour de France à Avranches c'est grâce à toi mais quand même ...».
Le projet est mort-né. Dommage car il avait de l'allure.

Je dois maintenant péniblement évoquer la séquence qui a fait bondir une minorité de personnes soit-disant «bien pensantes» et qui de ce fait a gâché ma belle fête.
Au lendemain de l'étape on ne parlait que de cela en ville : pas du nom du vainqueur de l'étape dont personne ne se rappelle mais de la présence de deux stars locales en direct sur un plateau télévisé. 

Il s'agit vous l'avez deviné de Thierry Olive découvert dans le réalité-show «l'Amour est dans le pré» sur M6 et de Noël Jamet, multiple champion du monde du cri du cochon.
Les deux personnages étaient les invités de l'émission «Village départ» de France 3 retransmise devant l'Hôtel de ville.
Certaines personnes ont été scandalisées, choquées de voir la prestation pathétique des deux clowns à Avranches, que cela donnait une image grotesque de la ville et de la région, et j'en passe et des meilleures.
«Les Grands mots!» je dis.
Il faut savoir relativiser. J'ai vu des extraits vidéo de l'émission sur le blog avranches (dés)informations (dont je vous déconseille par ailleurs d'aller visiter).

La vidéo la voilà : 

Personnellement j'ai trouvé cela plutôt drôle, à l'image du public qui applaudissait à tout rompre.
Mais cela je me suis bien gardé de le dire ou de le faire savoir dans la presse.
Nombreux sont ceux et celles qui se sont plaint par téléphone, par courriel en mairie, il y en a même qui ont écrit à France 3 ou à la presse locale (1) scandalisés par le choix des invités. 
Comme je dis souvent des empêcheurs de tourner en rond : «il y en a qui n'ont pas grand chose à faire».   

Face à la polémique naissante il a fallu réagir. J'ai dit aux journalistes locaux (cf. Ouest France du 13 juillet) dixit «la ville n'a pas été consultée. C'est France Télévision qui s'est chargée de trouver les invités».
Bon il est vrai que les médias locaux avaient annoncé la présence de Thierry Olive quelques jours plutôt (lire ici).
En qualité de maire (et de dépouté de surcroît), soucieux de l'intérêt et de l'image de la ville, j'aurais pu exiger de France 3 de trouver d'autres invités plus valorisant pour la ville et la région.
Je ne l'ai pas fait. Je trouvais que la venue des deux invités de marque étaient en accord avec la manifestation et à l'esprit populiste que je veux marquer sur la ville. 


Il est vrai que le sud Manche regorge des personnalités qui auraient pu mériter d'être sur le plateau de France 3. Je pense entre-autre à Jean Dauvin, autre champion du monde mais d'accordéon.
D'autres m'ont suggéré après coup d'autres noms tels les érudits locaux François Saint-James guide-conférencier au Mont-Saint-Michel ou son compère David Nicolas historien avranchinais. «Ils auraient représenté chacun les communes départ et arrivée de l'étape» argumentent-ils. 


Sauf que le dernier, David Nicolas ou David Nicolas-Méry comme il aime à se dénommer, je ne le porte pas trop dans mon estime.
Je le connais bien, il a travaillé pour moi, à la ville d'Avranches au service du patrimoine.
Je le soupçonne fortement de ne pas avoir les mêmes idées que moi.
Et quand j'ai quelqu'un en grippe, c'est plus fort que moi, je vais tout faire pour le nuire.
Justement je viens de retrouver récemment une lettre de l'intéressé (lire ici) empilée sous un tas de courrier.
Agent territorial du patrimoine et reçu au concours d'«assistant qualifié de conservation du patrimoine», il me demandait de le nommer sur un poste vacant en rapport avec l'intitulé du concours, ce qui lui permettait de d'évoluer d'un poste de catégorie C à B, plus rémunérateur.
Qu'est-ce qui s'est passé à votre avis. J'ai fait le mort. Je n'ai pas répondu à sa lettre (comme aux précédentes) et donc n'ai pas fait droit à sa demande.
Ainsi il a perdu ainsi le bénéfice de son concours.
Il ne faut pas dramatiser, il est encore jeune, des concours il en repasseras d'autres. 

Au final il a trouvé un autre poste à Granville. Bon débarras. Je ne vais pas le regretter.
Même s'il parait que le poste à Avranches est toujours à pourvoir ... 


Je disais dans la presse locale  (cf. OF 13 juillet) que le Tour de France générera pour Avranches «des retombées en terme de communication». On peut en douter.
Tout ce que les médias ont retenu ce sont les prestations des deux vedettes. A l'exemple du Midi libre dont un article titre : «il imite le cri du cochon devant Arielle Dombasle, estomaquée !» ou du Nouvel Obs / Rue 89 - «j'ai regardé Village départ l'apéro beauf de France Télé».

Je ne suis pas inquiet des suites de cette séquence pour mon avenir et pour les municipales.
Car comme pour le reste les avranchinais ont la mémoire courte.
Dans quelques semaines ou quelques mois, ils auront tout oublié.

Mes électeurs et électrices avranchinais je vous aime et vous donne rendez-vous en mars prochain ...   
 




renvoi : (1) extrait de la Manche-Libre, édition Avranches datée du 20 juillet 2013 :
[...] Mais le vrai point noir est venu de l'émission de France Télévision "Village d'étape" diffusé entre 13 et 14h. «C'est une honte, on va nous prendre pour des ploucs, les bretons vont se moquer de nous, moi je change ma plaque d'immatriculation!» s'égosille un avranchinais outré par les invités choisis par France Télévision pour illustrer Avranches : le champion de France du cri du cochon et Thierry Olive de l'amour est dans le pré! Les habitants sont nombreux à avoir fait part de leur mécontentement. «Mais qui a choisi de les inviter? Nous avons plein de personnalités ici qui auraient pu représenter notre région!» déclarent les avranchinais. Un habitant de Lolif, Alain Marie dit Liot nous a écrit à ce sujet. «Il (Thierry Olive) a donné une image grotesque des gens de notre région. Mais le comble est arrivé avec un autre représentant du monde agricole imitant le cochon. Si encore il s'était borné à imiter tout simplement le cri sans son accoutrement ça aurait pu passer, mais non il a imité une truie mettant bas. A ce moment là mon épouse s'est caché les yeux avec la main, tellement elle a eu honte.» Et à Arielle Dombasle d'enfoncer le clou en direct. «Je suis ravi de découvrir la France profonde ...» 
guénhael huet député maire Avranches